FRANCESCO NCHIKALA,LA PÉPITE DU FESTIVAL REPUBLIK VILLE VOICE CHALLENGE

Frencesco Nchikala au Jury Republik Voice Challenge

La musique Katangaise a fait ses preuves depuis ses productions prématurées jusqu’ici, elle s’est même frayé un chemin sur l’échiquier continentale. De là jusqu’ici, qu’en est -il de l’encadrement des artistes et comment parviennent-ils à se produire et surtout dans quel environnement culturel ? 

Il en découle dans la pénombre des mélomanes et des opérateurs culturels, un nom : FRANCESCO Nchikala, un artiste musicien katangais à renommée planétaire, un nom digne de sa grandeur artistique.

Trop jeune encore, il connut sa première histoire d’amour et contrairement à celle qu’à connu monsieur « tout le monde », lui est tombé amoureux d’une guitare et du couple stylo-papier et depuis lors il n’a cessé de combiner effort et prouesses jusqu’à sa première apparition scénique.

 L’homme de « lettres ouvertes « est aujourd’hui dans une actualité philanthropique liée à l’amour de son travail et de son métier. En marge du festival REPUBLIK VILLE VOICE CHALLENGE, FRANCESCO se substitue non seulement en juré avisé pour ce festival mais aussi en encadreur d’artistes musiciens Lushois et Katangais en général au moyens des ateliers qu’ils tient par souci et amour qu’il porte pour la musique, au centre culturel et chrétien Cherad sur le boulevard katuba, lieu qui abritera la finale REPUBLIK VILLE VOICE CHALLENGE ce dimanche 27 Août 2017.

 Ces assises portent sur « l’orchestration et l’harmonisation », et partiront du 15 août au 02 septembre 2017 et elles apparaissent comme une sorte de restitution du bagage d’artiste que détient cette virtuose de la musique Katangaise.

 INVICTUS DANS LE VISEUR 

 FRANCESCO Est à l’heure actuelle à la fois, patron confirmé du groupe MANUS et de l’auberge portant le même nom.et son arsenal instrumental est évalué à plus d’une tonne ce qui fais de lui un des rares patrons des orchestres à rivaliser avec ceux que l’on connaît, notamment ceux de Kinshasa la capitale.

 Son projet « Invictus » est en fin de chantier et déjà le titre « on ira pisser sur leurs tombes » laisse entrevoir entre les lignes les vraies couleurs de cet album dont la sortie est imminente.

 De sa grandeur d’âme et de caractère, de la renommée du label REPUBLIK VILLE, en un abattement de cils, la musique Lushoise est à comprendre dans sa nouvelle acceptation, désenclavement et conscience professionnelle.

 Bon vent à l’artiste FRANCESCO, dont le souci de la perfection et d’être entendu au moyen de son métier de musicien, n’a jamais quitté l’esprit.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*